Posez vos questions !

Afin d'être au plus près des préoccupations des citoyens du Ventoux, nous vous proposons de posez vos propres questions sur le projet de Parc naturel régional. Pour cela, rendez-vous sur le formulaire de contact du SMAEMV.

 


Votre contribution :

Pourquoi faire un Parc sur 40 communes ? Le périmètre n’est-il pas incohérent ? Seules les communes du massif suffisent...

Paul U. 13 février 2014

Notre réponse :

Un Parc est avant tout un projet de territoire, un projet de vie commune. Il ne peut s’établir à une échelle réduite (celle du montagne par exemple). Pour bâtir un Parc, il faut réfléchir en terme de bassin de vie, de services mais aussi d’unité naturelle et de volontés qui se rassemblent pour partager un avenir commun. C’est pourquoi le projet de PNR du Mont-Ventoux rassemble les communes du massif et de ses piémonts (arc comtadin, bassin de Vaison-la-Romaine, vallée du Toulourenc, plateau de Sault et versant nord des Monts de Vaucluse).

19 février 2014

 

Votre contribution :

Bonjour, Je suis propriétaire de terrains dans les monts de Vaucluse. J'ai entendu dire que dans le Luberon, on ne pouvait plus circuler librement voir même accédé à ses parcelles. C'est vrai ? Par avance Merci Cordialement.

Gilles T. 17 février 2014

Notre réponse :

 

C'est faux. Un Parc naturel régional n’a pas de pouvoir réglementaire spécifique. Seule la réglementation nationale s’y applique, comme partout en France. Il veille cependant à l’application exemplaire des réglementations existantes sur son territoire. Ainsi, en application de la Charte du Parc, les communes peuvent prendre des arrêtés municipaux pour limiter cette circulation sur leur périmètre soit pour des motifs de sécurité, ou pour des motifs liés à la protection de l’environnement (art. L. 2213-4 ou L. 2215-3 du code général des collectivités territoriales).

Toutefois, l'interdiction du « hors-piste » ne s'applique pas aux véhicules utilisés à des fins professionnelles, de recherche, d'exploitation ou d'entretien des espaces naturels et elle n'est pas opposable aux propriétaires ou à leurs ayants droit circulant ou faisant circuler des véhicules à des fins privées sur leurs terrains.

Concernant les voies privées, elles peuvent faire partie du domaine privé des personnes publiques ou appartenir à des propriétaires particuliers. Ainsi, l’ouverture ou la fermeture à la circulation des véhicules à moteur d’une voie privée ou d’un chemin ou sentier d’exploitation résulte de la décision du propriétaire ou d’une mesure de police prise par le maire ou le préfet. Ces voies restent toutefois librement accessibles et utilisables par les propriétaires des terrains desservis et par leurs ayants droit.

19 février 2014

 

Votre contribution :

Bonjour, Si le Parc voit le jour, quelle sera la plus-value en terme de préservation la environnement et notamment sur la biodiversité ?

Françoise B. 24 février 2014

Notre réponse :

La préservation de l'environnement est la toile de fond de l'action des Parcs naturels régionaux. Si le Parc du Mont-Ventoux voit le jour, il s'attachera à gérer de façon harmonieuse ses espaces ruraux, à maintenir la diversité biologique de ses milieux, à préserver et valoriser ses ressources naturelles, ses paysages, ses sites remarquables, à mettre en valeur et dynamiser son patrimoine culturel.

Sans présager du contenu de la Charte qui n'est pas encore écrite, celle-ci comportera assurément des ambitions fortes pour mieux prendre en compte la biodiversité dans les politiques publiques. Ainsi, l'action du Parc pourrait prendre différentes formes : amélioration de la connaissance des espèces et des milieux naturels, sensibilisation des habitants, usagers et visiteurs au patrimoine naturel du territoire, veille des projets d'aménagements afin qu'ils soient respectueux de l'environnement, gestion des sites écologiques remarquables, participation aux programmes de préservation des espèces menacées, etc...

27 février 2014

 


Votre contribution :

Bonjour,

De nombreux exemples en France montrent à quel point les Parcs Naturels Régionaux sont des outils indispensables à la préservation de l'environnement et à sa prise en compte dans l'aménagement du territoire. Mais qu'en est-il du développement économique du territoire ? Que pourra faire le PNR du Mont Ventoux pour le développement économique de notre territoire rural ?

Merci, Cordialement

Sandrine M. 03 mars 2014

Notre réponse :

Il est vrai que le développement économique constitue, au sens strict du terme (implantation d'entreprises nouvelles, création de zones d'activités, ...) davantage le cœur de métier des intercommunalités que d'un Parc naturel régional. Toutefois, créer un PNR, c'est avant tout élaborer un véritable projet de territoire en lien avec ses acteurs. L'action d'un Parc s'appuie en premier lieu sur les compétences de ses partenaires (Région, Département, Intercommunalités, Communes, Etat, Chambres consulaires, Associations...).

Néanmoins, l'action du Parc du Mont-Ventoux en terme de développement économique pourrait ainsi prendre différentes formes : renforcement de la valorisation des produits locaux, structuration et développement de la filière bois, développement des circuits courts, soutien au signes de reconnaissances pour la valorisation des savoir-faire du territoire, structuration de filières touristiques durables, accompagnement des communes pour le développement d'énergies renouvelables locales, etc....  C'est un ensemble d'actions plurithématiques qui permettront d'assurer un développement économique harmonieux soucieux du maintien de la qualité du territoire.

06 mars 2014

 


Votre contribution :

Vous nous dites qu’un grand nombre de personnes ont été associées au diagnostic. Comment ont été choisies ces personnes ?

Sébastien D. 03 mars 2014

Notre réponse :

En premier lieu, tous les élus du périmètre d’étude (40 communes) ont été invités. S’y ajoutent toutes les intercommunalités (élus et techniciens), les collectivités, les administrations, les services de l’Etat, …

Pour élargir le débat au-delà de ces structures publiques, nous avons contacté la plupart des associations concernées (environnement, culture, tourisme, …) ainsi que  les entreprises locales (agriculture, tourisme, …). De nombreuses annonces par voie de presse ont été diffusées et indiquaient qu’il était possible de venir participer à toutes ces rencontres. Enfin, lors des réunions publiques, nous proposions systématiquement aux personnes présentes de s’inscrire.

Pour la prochaine étape (rédaction de la Charte) nous repartirons sur cette liste d’inscrits en essayant au maximum de l’enrichir avec de nouvelles personnes. Bonne journée !

 06 mars 2014