Communauté de communes Ventoux Sud

Identité et développement d’un nouveau territoire

La Communauté de communes Ventoux Sud (CCVS) est née le 1er janvier 2013, de la fusion des la communauté de communes des Terrasses du Ventoux (4582 habitants sur  5 communes) et la communauté de communes du pays de Sault (2 429 habitants sur 5 communes.) auxquelles s’ajoute une commune de la Drôme. Elle crée ainsi une nouvelle entité administrative territoire de 400m2 et 9000 habitants. S’étant doté de la compétence touristique, l’intercommunalité doit recenser ses atouts et établir des stratégies pour forger sa nouvelle identité, tout en utilisant les études menées avant la fusion. La cohésion du territoire passe par le développement économique : offre touristique et dynamisme commercial.

Un territoire disparate

Si le territoire de Sault est déjà bien identifié comme destination touristique avec 28000 visiteurs par an, les anciennes « Terrasses du Ventoux » autour de Mormoiron reçoivent plutôt un tourisme de passage. Le challenge est de définir à la fois de ce qui différencie les parties du territoire et ce qui les rassemble afin de créer et développer une réelle destination porteuse de sens. Philippe Schouller, chargé de mission tourisme à la CCVS a coordonné les projets veut s’appuyer sur les résultats de l’étude menée 2013 et 2014 pour fonder cette identité à partir de la réalité : au cœur d’un pays très prisé touristiquement, un territoire enclavé, principalement porté par l’activité agricole diversifiée, dynamique,  et traditionnellement porteuse d’indépendance alimentaire, dont l’activité touristique a peu évolué depuis les années 80, avec une offre d’accueil marchande vieillissante, et des propositions d’activités cloisonnées.

En dehors des champs de lavande, les paysages sont peu valorisés, malgré une étude sur les territoires pastoraux réalisés en 2010. Enfin, l’offre commerciale est très hétérogène, les 169 commerces recensés étant distribués de façon inégale entre les communes, certains pôles comme Sault en captant la majeure partie (70) tandis que les plus petits villages n’en comptent qu’1 ou 2. La redynamisation du commerce à l’échelle de l’intercommunalité, outre l’attrait économique et social pour les habitants qu’elle représente pourrait aussi être un levier de l’offre touristique.

Des pistes pour créer une vraie identité et la valoriser

Si le paysage, l’agriculture, et la référence au Ventoux différent d’un point à l’autre du territoire, il existe tout de même des points d’ancrage entre ces va et vient : la Nesque comme épine dorsale, pendant symbolique de la montagne, ainsi que la figure du paysan, qui raconte son territoire, autant façonné par l’homme qu’influant sur sa vie, sans oublier les plaisirs offerts par la terre et son travail, entre lavande et vigne.

Avec des axes de communication aptes à accueillir une population importante, dans ce territoire entouré de sites touristiques forts, Ventoux Sud, qui va avoir à moderniser son offre,  peut s’imposer comme une destination visant les nouvelles formes de tourisme autour de la sensibilité nature, médecines douces, slow et sport, qui peut s’étaler sur les 4 saisons… Dans cette optique elle peut valoriser ses 3 plans d’eau, développer l’accueil vélotouristique, actuellement soutenu sur tout le territoire Ventoux, et promouvoir ses évènements culturels.

Dans ce cadre, et en attendant la réelle mise en place d’actions de  structuration de l’identité de territoire, une communication commune a pu être élaborée avec la création d’un guide  touristique ( 2015) présentant les différents atouts et les 11 communes du territoire. Dans le même temps, avec les mêmes bases que le guide, le site internet de l’office de tourisme intercommunal a été entièrement revu.

Bilans et freins

La plupart des études mettent en avant le richesse et le potentiel de ce territoire : créé de toute pièce par stratégie administrative, il a du mal à exister en tant que tel, et les élus eux-mêmes ne sont pas toujours à l’avant-garde pour créer une identité commune, valorisante et valorisable. Pourtant des pistes identitaires existent, s’appuyant sur les paysages, l’économie agricole et l’histoire humaine de ces communes.

Si le tourisme doit vraiment être considéré comme un axe majeur du développement économique, il reste à fixer des objectifs commune, dépassant les rentes touristiques et à engager tous les acteurs dans une modernisation et adaptation de l’offre aux nouvelles demandes de tourisme doux,  une niche qui correspond aux atouts de la Communauté de communes Ventoux Sud.