l'Association "Ventoux métiers d'Art" -

Les métiers d’arts en partenariat

Les personnes qui pratiquent un métier d’art sont souvent des gens indépendants et solitaires, puisque créateurs, précise Olivier Dornier, à la fois cheville ouvrière de la création de ce réseau et animateur de l’association Toulourenc Horizon,  qui fit naître le projet. Pourtant, « la structuration du territoire ne peut pas se faire sans les métiers d’art, ils en sont une composante factuelle, mais disséminée ». Ils  portent une volonté de préserver la qualité  et de transmettre des savoir-faire. Ils sont créateurs sur textile, bois, cuir, terre ou métal, bijoutiers, céramistes, tisserands, facteurs d’instruments, santonniers, luthiers...

Préserver la qualité

L’idée d’un tel regroupement est née de la biennale des métiers d’art, organisée par l’association Toulourenc-Horizon à Brantes : « ici, on est un peu oubliés, nous aussi. Mais on connaît les artisans, et ils se rencontrent à l’occasion de « Brantes dans les étoiles ». Et on avait trouvé intéressant de les inscrire dans la mouvance Ventoux., de les intégrer aux projets de développement». Ainsi, lors du précédent LEADER, une plaquette présentant la route des métiers d’art a pu être éditée et diffusée.

C’est en 2012, que l’association « Ventoux métiers d’art » est déclarée. Forts de cette première expérience, les initiateurs veulent vraiment renforcer le réseau par des actions de communication commune, ce qui permettra  d’affirmer la solidarité entre artisans, tout en augmentant leur rayonnement sur le territoire, en les aidant à faire reconnaitre leurs savoir-faire pour en vivre. Le circuit entre artisans se crée en paralelle avec la route des métiers d’art mise en place sur tout le département par la Chambre des métiers qui inclut les artisans du Ventoux.

Une Communications commune

Malgré la différence de statuts ( artisans, agriculteurs ou artistes libres), l’association regroupe des artisans dont le métier d’art forme l’activité principal et le revenu principal, et qui se retrouvent dans la charte : un travail de qualité, produit localement, avec un principe de solidarité et l’engagement d’accueillir les visiteurs, sans oublier à la participation à des événements mis en place par l’association.

Après le tour des artisans pour recueillir leur adhésion, la majeure partie du projet a été de concevoir une communication globale comprenant de nombreux outils papier déclinant les tons orange/jaune/bruns sélectionnés autour de la plaquette et des cartes de visites ( flyers, autocollants, sets de table, sacs kraft). Le site internet présentant chaque artisan dans sa commune est un outil indispensable ainsi que les panneaux indicateurs installés en bord de route et à l’entrée de l’atelier des membres de l’association. L’association a aussi prévu du matériel de stand pour se signaler lors d’évènements comme Brantes dans les étoiles ou la fête du parc, ou d’autres fêtes de produits du terroir. Enfin, un DVD permet de présenter les différents métiers.

La conscience d’appartenir à un réseau

Aujourd’hui l’association compte 27 adhérents, dont quelques membres associés venus en voisins. Au vu du nombre de commune et associations diverses qui les ont contactés, les responsables sont sûr du véritable intérêt local pour ces métiers. Dès la création du collectif, et encore plus au fil des actions, le lien entre artisans se crée et se consolide, avec la manifestation d’une vraie solidarité. Malgré le bémol du manque d’engagement et de participation de certains membres, l’association remarque que l’idée de réseau est bien ancrée chez les artisans, qui arborent le logo du collectif quand ils tiennent un stand sur une manifestation et qui se proposent spontanément des services. Les contacts avec d’autres structures locales liées à cette activité sont aussi réguliers : la Chambre des Métiers ou le salon d’artisanat d’art de Pernes les Fontaines. Une collaboration avec l’office de Tourisme de Carpentras a même pu être initiée : une exposition publique et une rencontre professionnelle avec les acteurs du tourisme pendant la semaine des métiers d’art.

D’un point de vue économique, si les effets sont difficilement mesurables, les artisans  accueillent de plus en plus de visiteurs dans leurs ateliers, ces visiteurs étant munis de la plaquette qui les a conduit chez eux :  il s’agit peu de badauds, mais d’une vraie clientèle dédiée.

Pour l’avenir, les artisans aimeraient participer à une grosse exposition de prestige à Arles ou Paris, ce qui nécessite vraiment de mutualiser les moyens, ils cherchent un prescripteur commercial avec un carnet d’adresse de clientèle ciblée, et réfléchissent à la possibilité d’un projet de coopération avec d’autres pays europée