Réserve de biosphère

Quand le ZéroPhyto trouve sa place dans les cimetières

Quand le ZéroPhyto trouve sa place dans les cimetières

Depuis 2017, la réglementation « Zérophyto » interdit l’utilisation des produits phytosanitaires dans les espaces verts et les voiries des collectivités. La gestion de ces derniers constituant une compétence importante pour les collectivités, le SMAEMV a fait le choix d’accompagner depuis 2015, la nécessaire évolution des pratiques culturales par la formation des responsables et agents territoriaux en charge de ces sites.

C’est désormais également le cas dans les cimetières communaux ou le SMAEMV a proposé à des villages et villes pilotes d’expérimenter une approche très novatrice. L’objectif est de revégétaliser les lieux de mémoire en substituant aux « mauvaises herbes », souvent perçues par la population comme un signe d’irrespect envers les morts, de nouvelles essences dans les espaces communs. L’idée est de faire du cimetière un réel espace vert, lieu de recueillement mais aussi de visite culturelle.

La démarche a, dès l’origine, intégrée une dimension participative en permettant à toutes les générations de contribuer à cette revalorisation à l’occasion de chantiers collectifs et citoyens. Une occasion, au croisement du patrimoine et de l’environnement, de se réapproprier des lieux souvent très riches d’un point de vue patrimonial à l’échelle locale.

C’est ainsi qu’à Mazan, Villes sur Auzon, Carpentras ou encore au Beaucet, des écoliers, des enfants des centres de loisirs, des lycéens (Louis Giraud), des membres d’associations locales (Foyers ruraux, seniors, etc…) se sont mobilisés aux côtés des techniciens municipaux, pour planter des centaines de plants.

A Carpentras, le carré militaire a été intégré à cette mise en valeur, à l’image des tombes des soldats dans les autres cimetières.

Les communes concernées servent désormais de références pour les autres villages du futur Parc du Mont-Ventoux, qui vont pouvoir ainsi s’inscrire dans cette dynamique.

Simultanément à cette opération, la chargée de mission du SMAEMV, responsable de l’éducation à l’environnement, a réalisé une exposition itinérante consacrée à la symbolique de l’art funéraire. Entre approche poétique et analyse didactique des éléments qui composent une véritable « grammaire » de l’art funéraire, cette évocation, agrémentée de nombreuses photographies, amène le visiteur à porter un autre regard sur un univers trop souvent occulté.

 

« Article précédent Toutes les actualités